Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 19:22

Texte Biblique

Actes 12/5

Plan De Lecture Quotidienne 

Luc 24/13-35 ; Josué 11,12 ;Ésaïe 8/5 à 9/6

 

" Pierre donc était gardé dans la prison; et l'Église ne cessait d'adresser pour lui des prières à Dieu ". 

 

 

La persécution contre l'Église était intense. Alors que Pierre est mis en prison, l'Église ne cesse de prier pour lui. Jusque-là, nous pouvons tous nous dire : Quelle persévérance ! Puis, Dieu répond aux prières en dépêchant un ange auprès de Pierre pour le délivrer. Là aussi, nous pouvons tous nous dire : Quelle foi ! On aimerait que ça se passe encore souvent comme ça !

Un peu plus loin, nous lisons que Pierre arrive chez Marie . Rhode, une servante, a reconnu sa voix et elle prévient tous ceux qui sont rassemblés, mais tous lui répondent : " Tu es folle !" Là,nous pouvons tous nous dire : Quelle incrédulité ! 

Cependant, à la lecture du texte biblique, rien ne laisse penser que l'Église ne priait pas avec foi. D'ailleurs, si ce n'était pas le cas, aurait-elle été exaucée ? Par contre, nous voyons qu'ils sont extrêmement surpris. Imaginez un peu ; ils prient pour Pierre qui est en prison et on leur dit qu'il est juste là, à la porte, en pleine nuit, alors qu'il était gardé par seize soldats !

Ce n'est pas que l'Église ne croyait pas que Dieu puisse délivrer Pierre, mais elle ne s'attendait pas à ce qu'il le fasse de cette façon, et surtout pas à ce moment ! En fait, l'Église était pleine de foi et de persévérance et nous devons nous aussi rester humbles et demander à Dieu de nous donner la même foi ; les persécutions de ce temps étaient sans aucune commune mesure avec la plupart de nos petits soucis et malgré cela, ils demeuraient fidèles ! Pas sûr que nous puissions en dire autant...

Pourtant, il leur fallait découvrir encore un autre degré de la foi ! Prier avec foi, c'est accepter que Dieu fasse ce qu'il veut, mais aussi, comme il veut et quand il veut!

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 15:24

Texte Biblique

Jean 6/22-71

Plan De Lecture Quotidienne 

Luc 26/47 à 24/12 ; Josué 10 ; Ésaïe 7 à 8/4

 

" La foule qui était restée de l'autre côté de la mer avait remarqué qu'il ne se trouvait là qu'une seule barque, et que Jésus n'était pas monté dans cette barque avec ses disciples, mais qu'ils étaient partis seuls. Le lendemain, comme d'autres barques étaient arrivées de Tibériade près du lieu où ils avaient mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâces, les gens de la foule, ayant vu que ni Jésus ni ses disciples n'étaient là, montèrent eux-mêmes dans ces barques et allèrent à Capernaüm à la recherche de Jésus. Et l'ayant trouvé au delà de la mer, ils lui dirent: Rabbi, quand es-tu venu ici? Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera; car c'est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau. Ils lui dirent: Que devons-nous faire, pour faire les œuvres de Dieu? Jésus leur répondit: L'oeuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé. Quel miracle fais-tu donc, lui dirent-ils, afin que nous le voyions, et que nous croyions en toi? Que fais-tu? Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit: Il leur donna le pain du ciel à manger. Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. Ils lui dirent: Seigneur, donne-nous toujours ce pain. Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. Mais, je vous l'ai dit, vous m'avez vu, et vous ne croyez point. Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi; car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde rien de tout ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. La volonté de mon Père, c'est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. Les Juifs murmuraient à son sujet, parce qu'il avait dit: Je suis le pain qui est descendu du ciel. Et ils disaient: N'est-ce pas là Jésus, le fils de Joseph, celui dont nous connaissons le père et la mère? Comment donc dit-il: Je suis descendu du ciel? Jésus leur répondit: Ne murmurez pas entre vous. Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire; et je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. Ainsi quiconque a entendu le Père et a reçu son enseignement vient à moi. C'est que nul n'a vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu; celui-là a vu le Père. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle. Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant: Comment peut-il nous donner sa chair à manger? Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement. Jésus dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm. Plusieurs de ses disciples, après l'avoir entendu, dirent: Cette parole est dure; qui peut l'écouter? Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit: Cela vous scandalise-t-il? Et si vous voyez le Fils de l'homme monter où il était auparavant?...C'est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait. Et il ajouta: C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père. Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui. Jésus donc dit aux douze: Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller? Simon Pierre lui répondit: Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle. Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu. Jésus leur répondit: N'est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze? Et l'un de vous est un démon! Il parlait de Judas Iscariot, fils de Simon; car c'était lui qui devait le livrer, lui, l'un des douze ".

 

Pendant quarante années, sept jours sur sept, cette nourriture leur a communiqué l'énergie nécessaire et suffisante pour marcher dans de conditions parfois bien difficiles. Ses éléments nutritionnels conviennent autant pour l'enfant fraîchement sevré que pour le vieillard. Elle permet au juste de renouveler ses forces pendant la marche, comme ce sera dit plus tard.

Il en est ainsi de la nourriture divine, même lorsque la vitalité manque. Le vieux prophète Élie en fera aussi l'expérience : " Lève-toi, mange, car le chemin est trop long pour toi. Il se leva, mangea et but, et avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu'à la montagne de Dieu,à Horeb " (1 Rois 19/7-8). Oui, même à l'heure de l'épreuve extrême, du découragement fatal, le pain de Dieu donne les forces nécessaires et suffisantes pour aller jusqu'au bout du voyage. 

"...ils sont morts ". Triste et historique réalité des limites de cette manne, nourriture temporaire et circonstancielle. Mais Dieu offre maintenant aux siens quelque chose de meilleur : le Pain de Vie, le vrai Pain du Ciel qui apporte énergie pour la vie présente et pour l'éternité.

Ce Pain est une Personne : Jésus-Christ ! Quiconque croit en lui n'aura jamais faim. Ceux qui ont compris cela se nourrissent alors de ses paroles, de sa vie, de son œuvre expiatoire et salvatrice à la croix, de sa résurrection (gage de leur propre résurrection), de sa position à la droite de Dieu dans le ciel (où il intercède pour eux), et de sa promesse de revenir les chercher.

Le bon pain a bonne odeur et bon goût. Il en est ainsi de Jésus: le goûter, c'est l'adopter ! Celui qui mange ce pain vivra éternellement.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 16:52

Textes Bibliques

Romains 13/8 ; 1 Jean 4/17-21

Plan De Lecture Quotidienne

Luc 23/13-46 ; Josué 9 ; Ésaïe 6

 

" Ne devez rien à personne, si ce n'est de vous aimer les uns les autres; car celui qui aime les autres a accompli la loi ". " Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde ; c'est en cela que l'amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l'assurance au jour du jugement . La crainte n'est pas dans l'amour, mais l'amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment et celui qui craint n'est pas parfait dans l'amour. Pour nous, nous l'aimons parce qu'il nous a aimés le premier. Si quelqu'un dit ; J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ? Et nous avons de lui ce commandement : Que celui qui aime Dieu aime aussi son frère ".

 

Toute la Bible nous parle d'amour. Le don de Jésus-Christ est la preuve manifeste et intrinsèque de l'amour de Dieu à notre égard. En lui, en son amour, nous avançons avec une grande assurance, mais, avouons-le : c'est parfois difficile d'aimer...bien que les Saintes Écritures déclarent que puisque Christ demeure en nous, " l'amour est parfait en nous.

Agnès, une chrétienne septuagénaire qui avait marché quarante-trois ans avec le Seigneur, était prête à partir pour la gloire de éternelle, se mourant d'un cancer. Toute sa vie, elle avait montré son amour à tous ceux qui l'entouraient : toujours un sourire, toujours une parole aimable et encourageante pour les autres, toujours une attention pour chacun. Pourtant, les épreuves de la vie ne l'avaient pas épargnée ; malgré cela, elle était restée exemplaire dans son témoignage quotidien, communiquant le rayonnement d'un amour et d'une joie si perceptibles. Et cela n'a pas été que passager ; toute sa vie, il y eut chez elle cette constante marque de joie, d'amour, de paix.

Au moment de son départ vers le Seigneur, elle dit à mon épouse :

" Tu diras à ta maman que l'aimais beaucoup.                                                                                 - Ce n'est pas étonnant, rétorqua ma femme, vous avez toujours aimé tout le monde !                  - Comment pourrait-il en être autrement, répliqua cette chère sœur mourante avec un sourire plein d'affection...Quand on est chrétien, on ne peut qu'aimer les autres !"

Le verdict, en effet, est simple et sans appel : aimer comme Jésus a aimé, aimer comme Jésus aime, est le minimum de ce que nous devons faire...Aujourd'hui, vous qui aimez Dieu, n'oubliez pas d'aimer aussi les autres !

 

        

Partager cet article
Repost0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 08:39

Texte Biblique

Luc 4/19

Plan De Lecture Quotidienne 

Luc 22/54 à 23/12 ; Josué 8 ; Ésaïe 5

 

" Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur ". 

 

Jésus-Christ est venu délivrer tous ceux qui étaient " sous l'empire du diable " (Actes 10/38). Il y a des dépendances nocives pour le corps, le cœur et l'âme : jeux d'argent, jeux vidéo, passions, emprise de la télé, réseaux sociaux ou internet, et bien d'autres mauvaises habitudes : mais le voudrais vous encourager à une autre sorte de dépendance ; une vie qui dépend exclusivement de Dieu ! Cette dépendance à Christ contribue à nous rendre pleinement libres, débordants de joie et de satisfaction, car la source de la vie est auprès de lui (Psaume 36/10).

Chaque jour, l'enfant de Dieu déclare : " Seigneur, je veux dépendre de toi...être enseigné par toi ; en tout temps, tu conduiras mes actions, mes décisions ". Tout comme le sarment dépend du cep, nous dépendons de Dieu pour porter de bons fruits (Jean 15). La Bible enseigne que     " tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi " (1 Jean 5/4). Dépendre de Dieu, c'est être assuré de la réussite, car il ne nous conduit pas dans la morosité et la nonchalance, mais dans une vie accomplie qui apporte une pleine satisfaction.

L'impasse dans laquelle vous pouvez vous trouver doit vous amener à capituler devant lui et à reconnaître que l'issue de toute chose dépend de lui. Celui qui dépend du Seigneur va s'en remettre à lui pour les décisions qu'il doit prendre dans sa vie (orientation scolaire, professionnelle, sentimentale, financière,matérielle).

Suis-je à dépendre  de Dieu ? Est-ce que je le consulte avant de prendre une décision ? Soyons convaincus que si nous vivons en dépendant de Dieu, nous serons approuvés par lui et nous le glorifierons, pour notre plus grand bonheur.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 15:56

Texte Biblique

Matthieu 6/12

Plan De Lecture Quotidienne 

Luc 22/31-53 ; Josué 7 ; Ésaïe 3,4

 

" Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ".

 

Je feuilletais un magazine lorsque mon attention fut attirée par un reportage sur l'Auvergne. Je découvris que dans la région du massif volcaniques des monts Dore on avait donné à un rocher le nom de " dent de la rancune ". Il s'agit d'un véritable mur de pierre magmatique qui se dresse dans le paysage, un mur très apprécié des adeptes de l'escalade.

Dans les expressions françaises, cet organe dur et fortement minéralisé implanté dans la mâchoire,est associé à la rancune : " avoir une dent contre quelqu'un ". Au 14 eme siècle, le mot dent exprimait au sens figuré l'agressivité ou la malveillance. Plus tard, Molière utilisera l'expression en précisant " une dent contre quelqu'un ". Quelle que soit l'origine de cette expression, nous admettons volontiers qu'elle n'appartient pas au vocabulaire chrétien.

Tout l'enseignement du Nouveau Testament appelle plutôt au pardon réciproque, à la générosité du cœur. La grâce qui nous a été faite doit avoir pour effet de changer notre mentalité et de nous pousser à faire grâce à nos débiteurs. Jésus en a fait un thème dans la prière appelée le " Notre Père " : " Pardonne-nous nos offenses comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ".

La parabole des deux débiteurs (Matthieu 18/23-35) décrit bien aussi ce que le Seigneur attend de ses enfants. La conclusion mérite toute notre attention : " Mon Père qui est dans les cieux vous fera la même chose, si chacun de vous ne pardonne pas à ses frères et sœurs de tout son cœur ". Il est surprenant que Dieu considère la manière dont nous pardonnons aux autres lorsqu'il nous accorde son propre pardon.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 16:14

Texte Biblique

Matthieu 5/37

Plan De Lecture Quotidienne 

Luc 22/1-30 ; Josué 5/13 à 6/27 ; Ésaïe 2

 

       " Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu'on y ajoute vient du malin ".

 

Cette parole de Jésus est valable particulièrement pour ceux qui ont des enfants à élever. Beaucoup de parents n'ont plus d'autorité. Chaque enfant a sa personnalité et veut l'affirmer très tôt. Il va donc tester les limites et essayer une fois, deux fois, de faire plier la volonté des parents pour imposer la sienne. S'ils tiennent bon, il va aller un peu plus loin et essayer trois fois, quatre fois et plus. S'ils cèdent alors, l'enfant comprend qu'en insistant, le " non " devient  "oui ", et petit à petit c'est lui qui prend autorité sur ses parents, pour son malheur et le leur.

Retenez bien ce que dit Jésus : ce que vous ajoutez, vos rétractations, vos changements d'avis, tout cela vient du diable. Être ferme dans ses paroles, ne veut pas dire se mettre en colère, employer des menaces ou faire des promesses inconsidérées. La fermeté dans le calme et la maîtrise de soi vont davantage impressionner l'enfant. Il faut savoir lui demander des choses raisonnables afin de ne pas l'irriter et, avant de faire une promesse, bien réfléchir si on pourra la tenir. Quant aux menaces, l'Écriture nous dit de nous en abstenir.

Si par malheur, vous avez fait une erreur dans votre exigence envers l'enfant, si vous avez parlé trop vite et que vous vous en apercevez, alors demandez-lui pardon et expliquez-lui que vous vous êtes trompé ; il le comprendra et cela n'entamera pas votre autorité. Nous connaissons les desseins du Malin et nous ne voulons pas lui donner accès. Si nous écoutons et appliquons ce que nous dit Jésus ici, nous ferons vivre nos enfants dans un climat de confiance, de vérité et de sécurité.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 13:33

Texte Biblique

Jérémie 29/11

Plan De Lecture Quotidienne 

Luc 21/5-38 ; Josué 4 à 5/12 ; Ésaïe 1

 

" Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance ".

 

Notre Dieu a de merveilleux projets pour nous mais la difficulté est que nous perdons trop souvent de vue que vos projets  personnels peuvent venir se télescoper avec ceux de Dieu et créer un conflit d'intérêts. Qui gagne alors ? Mon projet ou celui de Dieu, ma volonté ou la sienne ? 

Lorsque nous sommes au cœur de ces conflits, nos mauvais choix nous conduisent vers le malheur alors que c'était au bonheur et à la paix que Dieu nous destinait ! Sachons qu'au bout du compte. Dieu a toujours le dernier mot ! " Il y a dans le cœur de l'homme beaucoup de projets, mais c'est le dessein de l'Éternel qui s'accomplit " (Proverbes 19/21). Mieux vaut alors écouter Dieu tout de suite afin d'aller directement vers cette paix et cette espérance qu'il nous réserve, plutôt que de passer par des chemins de malheur qui laissent inévitablement des traces et nous font perdre du temps : on peut penser aux quarante ans d'errance d'Israël dans le désert, aux chemins détournés empruntés par le prophète Jonas ou le fils prodigues etc.

Jésus n'a pas perdu de temps ! Lorsque son heure est venue, il a cédé devant son Père : " Non pas ce que je veux mais ce que tu veux !" (Marc 14/36). Pourtant, un grand malheur l'attendait, il en était conscient, mais il acceptait d'offrir sa vie pour que les projets de paix de son Père pour nous puissent se concrétiser ! Dieu transformera ce malheur de la croix en projet de bonheur pour l'humanité en ressuscitant son Fils et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes !

Désormais, lorsqu'un tel conflit d'intérêts surviendra, prenez le parti du projet de Dieu : votre avenir sera ainsi plein d'espérance ! 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 13:57

Texte Biblique

Genèse 4/6-7

Plan De Lecture Quotidienne 

Luc 20/20 à 21/14 ; Josué 3 Osée 12 à 14/9

 

" Et l'Éternel dit à Caïn: Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu? Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi: mais toi, domine sur lui ".

 

Caïn et Abel firent une offrande à Dieu, mais l'Éternel n'agréa que celle d'Abel et Caïn en fut irrité au plus haut point. Lui dont le nom veut dire " le créateur, l'artiste, le forgeron ", se retrouva relégué derrière son petit frère Abel qui n'était à ses yeux qu'une simple " vapeur " dont l'existence était vaine. La colère de Caïn fut telle que son visage changea et devint ténébreux. Alors, Dieu voulut le consoler dans le but d'une restauration et il l'exhorta à bien agir afin d'être relevé, lui faisant remarquer qu'il pouvait encore s'améliorer.

Après un échec, votre cœur peut s'endurcir, vos pensées devenir obscures. Cela arrive à beaucoup de personnes, mêmes chrétiennes. Vous croyez que Dieu a des préférés, vous vous sentez rejeté par lui et une colère envahit votre cœur.

Surtout, ne restez pas ainsi car c'est alors que naît la jalousie, un sentiment qui agit comme un véritable poison et qui finira par prendre le dessus : " Dépouillons-nous des œuvres des ténèbres...Marchons loin des excès...des jalousies " (Romains 13/13). Le Seigneur désire vous encourager et vous relever. Il ne veut pas que vous sombriez dans l'amertume mais au contraire, que vous sortiez de cette aigreur. " Pourquoi êtes-vous irrité, pourquoi cet air sombre ? Certainement, si vous agissez bien, vous relèverez votre tête ".

Dieu ne rejeta pas Caïn mais l'invita à s'améliorer, à prendre garde à son péché. De même, le Seigneur ne vous disqualifie pas. Il vous invite à confesser le péché qui est dans votre cœur. Si vous le faites, alors certainement vous serez relevé. Malheureusement, Caïn préféra écouter la voix du péché plutôt que celle de Dieu. Ne commettez pas la même erreur, il n'est jamais trop tard.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 07:15

Texte Biblique 

Psaume 58/3

Plan De Lecture Quotidienne 

Luc 20/1-19 ; Josué 2 ; Osée 10 à 11/11

 

          " Ô Dieu! sauve-moi par ton nom, Et rends-moi justice par ta puissance !" 

 

 

Il est courant d'entendre lors de procès : " Que justice soit faite !" Des siècles plus tôt, c'est un peu le cri que pousse David, à la différence qu'il n'est pas aux abords d'un palais de justice devant des caméras de télévision, mais en fuite, poursuivi par le roi Saül qui veut le tuer. Il est alors obligé de se cacher comme il peut : cavernes, désert, forêts, lui serviront tour à tour de refuges. A deux reprises, les circonstances lui donneront l'occasion d'en finir avec Saül, ce dernier étant à sa merci (1 Samuel 24/5- 26/8) ; mais à chaque fois, David refusera de porter la main sur l'oint de l'Éternel. Il fera même au roi, son beau-père, cette déclaration pleine d'assurance : " L'Éternel sera juge entre moi et toi, et l'Éternel me vengera de toi " (1 Samuel 24/13).

David avait compris une chose : c'était à l'Éternel de faire justice et non à lui, selon qu'il est écrit: " A moi  la vengeance et la rétribution " (Deutéronome 32/35). Et il conclut son psaume ainsi : " Voici, Dieu est mon secours, le Seigneur est le soutien de mon âme. Le mal retombera sur mes adversaires [...]Je louerai ton nom ô Éternel, car il est favorable, car il me délivre de toute détresse et mes yeux se réjouissent à la vue de mes ennemis " (v.6-9).

Si vous êtes sur le banc de l'injustice en ce moment même, sachez que vous avez " un avocat dans le ciel, Jésus-Christ le juste " (1 Jean 2/1) qui prend votre défense. Il est réputé comme étant le meilleur. Tôt ou tard, Dieu se lèvera pour faire justice : " La terre effrayée s'est tenue tranquille lorsque Dieu s'est levé pour faire justice, pour sauver les malheureux " (Psaume 76/9-10). Il ne laisse aucune affaire " classé sans suite " !

Partager cet article
Repost0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 12:00

Texte Biblique

Philippiens 3/4-14

Plan De Lecture Quotidienne 

Luc 19/29-48 ; Josué 1 ; Osée 8,9

 

" Moi aussi, cependant, j'aurais sujet de mettre ma confiance en la chair. Si quelque autre croit pouvoir se confier en la chair, je le puis bien davantage, moi, circoncis le huitième jour, de la race d'Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d'Hébreux; quant à la loi, pharisien; quant au zèle, persécuteur de l'Église; irréprochable, à l'égard de la justice de la loi. Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l'excellence de la connaissance de Jésus Christ mon Seigneur, pour lequel j'ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d'être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s'obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d'entre les morts. Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le prix, ou que j'aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par Jésus Christ. Frères, je ne pense pas l'avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ ".

 

C'est là, le témoignage de l'apôtre Paul. Il a été saisi dès sa conversion, sur le chemin de Damas, (Actes 9/1-22) lorsque le Seigneur s'est adressé à lui, le persécuteur de l'Église. Désormais il devra annoncer aux païens cet Évangile qu'il combattait. Son être entier est mis au service de Christ. La passion des âmes perdues le saisit : " Malheur à moi si je n'évangélise ". Les privations, la persécution, le danger, la fatigue, rien ne l'arrête. Il s'impose une stricte discipline de vie, afin de rester dans la course (1 Corinthiens 9/27). Son cœur est transformé :    " L'amour de Christ me presse " (2 Corinthiens 5/14).

Tout son esprit se tend vers Christ : " Christ est ma vie ". Les privilèges d'ici bas qui étaient les siens ne l'intéressent plus ( Philippiens 3/4-9). Son désir est de connaître Christ, c'est-à-dire de vivre dans une communion intime avec lui. Il a été saisi par Christ, mais lui aussi désire le saisir ainsi que remporter le prix décerné à l'issue de la course. Pour cela, il ne regarde pas en arrière. Il ne se laisse pas arrêter par les difficultés ou ses propres imperfections. Il court vers l'avant, les yeux fixés vers la perfection qu'il n'a pas encore atteinte.

Il nous exhorte à l'imiter : " Ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le et le Dieu de paix sera avec vous " (Philippiens 4/9). Certes, nous ne sommes pas l'apôtre Paul, nous n'avons pas reçu la même vocation, mais à notre niveau, avons-nous été " saisis " par le Seigneur et désirons-nous le " saisir " ? Notre vie a-t-elle changé à notre conversation ? Avons-nous le souci du salut des âmes ? Vivons-nous la vie de l'Esprit ? Sommes-nous impliqués dans un service quelconque ? Que le Seigneur nous vienne en aide dans notre détermination, afin de remporter, nous aussi, le prix de la course. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de chatelguyon
  • : publication de texte de l'église Evangélique d'Auvergne
  • Contact

Recherche

Pages

Liens